PARCOURS DE
FORMATION

Les étudiants des deux universités, accompagnés de leurs enseignants, vivent une expérience d'éducation à la durabilité qui consiste principalement en un cursus interuniversitaire, multidisciplinaire et multilingue de formation intensive. Dans ce cadre, ils développent des compétences transversales en matière de durabilité et d'employabilité en affrontant les défis que leur soumettent les acteurs socio-économiques du littoral transfrontalier vasco-aquitain.

Le parcours de formation Ocean i3 repose sur des méthodologies d’apprentissage actif de sorte que les étudiants organisés en équipes :

a) définissent conjointement la portée du défi/problème ;

b) conçoivent, de manière collective et interdisciplinaire, des propositions réalisables, concrètes et mesurables ; et

c) proposent des résultats (plans d’action, études, prototypes, interventions, etc.) convenus avec les acteurs du territoire  concernés par ces défis.

MÉTHODOLOGIE

En répondant à un appel à défis publié tous les ans, les acteurs socio-économiques soulèvent divers problèmes réels liés à la pollution plastique de l’océan et du littoral, et les abordent sous forme de défi.

Les étudiants des deux universités constituent des équipes de travail pour chacun des défis et participent à un cycle de cinq workshops transfrontaliers où, d’une manière synchronisée et suivant des méthodologies collaboratives, ils élaborent des propositions et des contributions répondant à ces défis

Ils travaillent par ailleurs aussi chacun de leur côté en utilisant des plateformes numériques innovantes adaptées telles qu’Oktonine, Gather ou autres applications et outils virtuels (Mentimeter, Miro, Mural…) propres au travail collaboratif et au développement de projets.

La méthodologie définie est associée à un catalogue de compétences que les étudiants acquièrent au fur et à mesure qu’ils réalisent le travail collectif et individuel proposé tout au long du cycle.

WORKSHOPS

Un cycle de 5 workshops obligatoires permet aux participants de se rencontrer et de collaborer, comparer, construire. Des groupes multidisciplinaires, multiculturels et multilingues sont créés pour ensemble, chercher des solutions aux problèmes qui leur sont soumis tout en essayant de se comprendre, de dépasser les frontières et de s’exprimer toujours dans la langue dans laquelle ils se sentent le plus à l’aise.

1º workshop

PROPOSITION DE DÉFIS

Elle se fait en début d'année (janvier/février). Les acteurs socio-économiques proposent des défis et chaque équipe d’étudiants en choisit un.

1º WORKSHOP - PROPOSITION DE DÉFIS

lire l'article de l'atelier

2º workshop

PROTOTYPAGE

La communauté universitaire se divise en groupes pluridisciplinaires autour d’un défi chacun, afin de préparer un prototype de projet collectif...

2º WORKSHOP - PROTOTYPAGE

lire l'article de l'atelier

3º workshop

FEEDBACK

Les étudiants présentent le prototype et reçoivent le feedback et les retours de l’acteur socio-économique . Ces recoupements et mise en commun permettent d'affiner et d'ajuster le projet aux besoins réels.

3º WORKSHOP - FEEDBACK

lire l'article de l'atelier

4º workshop

PRODUIT FINAL

Partant de là, les enseignants et les étudiants re-travaillent à l'élaboration de la proposition finale (ou produit).

4º WORKSHOP - PRODUIT FINAL

lire l'article de l'atelier

5º workshop

PRÉSENTATION FINALE

L’année universitaire se termine sur la présentation finale, à la communauté Ocean i3 et au public intéressé, de tous les projets collectifs.

5º WORKSHOP - PRÉSENTATION FINALE

lire l'article de l'atelier

MULTILINGUISME

Le multilinguisme et la dimension interculturelle sont intégrés de manière transversale dans toutes les activités. Une équipe de recherche experte observe les processus et apporte son soutien suivant le principe de « la prise de conscience de l'usage du langage » et pour l'activation de ressources de communication plus larges que la simple communication idiomatique. Le travail se fait en mode laboratoire ; il consiste à définir des lignes directrices adaptées à la complexité des projets (interinstitutionnels, interculturels, multilingues, internationaux) et vouées à être transférées vers d'autres projets du Campus Euskampus-Bordeaux.

Le groupe de recherche DREAM – Donostia Research Group in Education and Multilingualism en collaboration avec Euskampus, a réalisé une étude basée sur l’observation du fonctionnement interculturel et multilingue de la communauté Ocean i3 et a produit un document de politique linguistique dont l’objectif principal est de proposer des protocoles qui contribuent à 

  • Encourager et promouvoir la diversité linguistique et le bon usage des trois langues officielles, le basque, le français, l’espagnol et l’anglais comme langue véhiculaire.
  • Créer une sensibilisation linguistique parmi les participants afin de favoriser une cohésion sociale basée sur la tolérance de la diversité linguistique et une collaboration transfrontalière avec une sensibilité linguistique.
  • Protéger et promouvoir l’utilisation du basque en tant que langue minoritaire.

La politique linguistique comprend un guide pratique qui fournit aux participants un ensemble de règles, de matériels et d’outils.

A leur tour, les étudiants de Français sur Objectifs Spécifiques Licence en Philologie Française de l’UPV/EHU participent au projet en élaborant des unités didactiques et des ressources d’apprentissage adaptées aux thèmatiques et aux besoins d’Ocean i3 et qui permettent d’améliorer le niveau de français des non-francophones.

EMPLOYABILITÉ
ET STAGES

Au début de chaque cycle, un APPEL À OFFRES DE STAGE est publié, qui permet aux différentes entités de s'adresser au public des deux universités, et au corps enseignant d’orienter les offres vers les étudiants des différentes disciplines.

Les stages ainsi effectués par les étudiants dans différentes entités ont pour objectif principal de les plonger dans des situations réelles afin qu’ils développent des compétences liées à la demande de l’économie bleue du littoral transfrontalier et, en même temps, de promouvoir des opportunités d’emploi basées sur la connaissance.

L’ajustement entre l’offre de formation et la demande de compétences du secteur de l’économie bleue est fondé sur une approche que nous appelons « ONGOING blue SKILLS » et qui prévoit :

  • La mise en œuvre de projets réels servant de base à la relation apprentissage-employabilité : grâce aux projets d’apprentissage fondés sur la recherche qui vertèbrent la relation université-entreprise, nous cherchons à identifier ensemble les compétences nécessaires et, en même temps, à promouvoir les possibilités d’emploi fondées sur la connaissance ;
  • L’observation des processus afin d’identifier et de promouvoir les compétences bleues « employables » : une équipe d’enseignants et de chercheurs (PIE Équipe internationale d’innovation pédagogique) accompagne l’ensemble du processus et observe et systématise les compétences activées ou susceptibles de l’être dans le cadre du projet, les axes de recherche ou les enjeux territoriaux proposés par les acteurs, ainsi que les opportunités de stages. Les universités se positionnent ainsi parmi les acteurs actifs de la configuration de l’employabilité sur notre territoire.

La plateforme OKTONINE permet de construire une banque de défis et une banque de stages visible et opérationnelle qui permettent la diffusion d’informations et d’opportunités professionnelles dans le domaine de l’économie bleue transfrontalière, elles-mêmes affichées sur le site web EMPLEO GECT- AEN