Le cours d’été à bord du Saltillo se termine avec succès !

Mercredi 20 juillet, l'équipage du Saltillo a débarqué à Santurtzi et a assisté à la conférence de presse qui s'est tenue à l'école d'ingénierie nautique de l'UPV/EHU.

compartir post...

Cette université d’été inédite, qui a débuté le 11 juillet, s’est déroulée sur le navire-école El Saltillo qui a longé la côte basque, faisant escale en divers lieux du littoral transfrontalier (Portugalete, Bilbao, Santurtzi, Mutriku, Saint-Sébastien et Saint Jean de Luz-Ciboure) où des conférences ont été données, ouvertes à toutes et à tous. Les deux équipages participants, des étudiant-e-s de l’UPV/EHU et de l’Université de Bordeaux, rapporteront dans leurs universités respectives ce qu’ils ont appris, des connaissances allant des questions nautiques à la durabilité de nos mers et océans.

La conférence de presse s’est déroulée en présence des acteurs qui, en collaboration étroite et après un travail en amont exhaustif et rigoureux, ont façonné ensemble ce qui fait la particularité de cette aventure : la transmission de la connaissance dans un extraordinaire espace interculturel, multilingue et communautaire. 

Le résultat ne pouvait être plus positif, comme l’a exprimé Eva Ferreira, présidente de l’Université du Pays basque UPV/EHU : « Je suis sûre que cela a été une expérience extraordinaire sur le plan personnel. Je suis sûre que ce l’a aussi été sur le plan académique”

Pour sa part, Charles Pinto, directeur de l’école d’ingénieurs de Bilbao, a souligné l’importance de l’expérience directe de cette université d’été : “Le mélange des universités transfrontalières, des cultures, des formations et des genres a constitué l’un des principaux axes de cette université d’été. Grâce à ces ingrédients, les étudiant-e-s de l’Université du Pays basque UPV/EHU et de l’Université de Bordeaux ont pu partager des projets dans un espace très limité”.

La co-directrice du cours, Julieta Barrenechea, de la Fondation Euskampus, a tenu quant à elle à souligner que ce cours a également permis de renforcer la collaboration entre l’UPV/EHU et l’Université de Bordeaux: « Avec eux, nous avons pu renforcer le lien entre les deux universités à partir de son maillon le plus fort : la nouvelle génération de professionnels et de scientifiques qui seront ainsi capables naviguer dans un océan de connaissances et de territoires sans frontières ».

L’un des principaux protagonistes de cette traversée, qui a navigué pour la connaissance, a sans aucun doute été le navire-école Saltillo. Voici les mots de son capitaine, Mikel Lejarza : « J’avais deux craintes principales, la météo et la manière dont allaient répondre les équipages. Nous avons eu deux équipages différents, et tous deux se sont très bien adaptés au bateau et à la vie en communauté ».

En plus de tout ce qui précède, un aspect fondamental a été le transfert de connaissances en 4 langues. Les 3 langues locales sont le basque, le français et l’espagnol, ainsi que l’anglais comme lingua franca. Chacun a fait usage de son répertoire linguistique pour faciliter autant que possible la communication et la cohabitation. De même, les intervenants des conférences ont fait un grand effort pour présenter leurs exposés dans des formats multilingues. Par ailleurs, les équipages ont eu à disposition des ressources en 4 langues pour une cohabitation agile et ouverte à bord : toute la terminologie de base du voilier, les guides et les instructions/utilisation du matériel… La diversité linguistique a été un point de référence et la flexibilité et la tolérance envers ces pratiques multilingues une grande opportunité pour la cohésion du groupe. 

Pour clore cette aventure, l’équipage a assisté à la dernière conférence de l’université d’été, « Les trésors d’un océan sain et durable », donnée par Ionan Marigómez, dans laquelle il a souligné le rôle fondamental de l’océan pour notre planète et pour nous.

Cette première édition a été un succès à tous les niveaux : connaissance de la voile, durabilité des océans, cohabitation et multilinguisme.  Les membres de l’équipage ont emporté avec eux pour toujours une expérience unique pleine d’apprentissages, de développement personnel, d’expériences, d’amitiés… et ils l’ont transmise :

Martin Van Roy, de l’Université de Bordeaux : « Pour moi, c’était une chance incroyable. J’ai pu rencontrer des gens extraordinaires et apprendre des choses sur l’écologie, entre autres. Je ne pourrais pas être plus reconnaissant pour ça”. 

Elise Baritaud, de l’Université de Bordeaux : « Je voulais remercier Mikel (capitaine) pour tout, ainsi que tous les autres pour avoir rendu cette expérience unique. J’espère qu’elle aura lieu à nouveau, car personnellement, c’est une expérience très intéressante car nous découvrons de nouveaux endroits par nous-mêmes.

Javier Sanz, étudiant en nautisme et membre de l’équipage de Saltillo : « Le voyage s’est parfaitement déroulé, nous étions tous un peu nerveux au début, nous nous demandions si nous allions bien ou mal nous entendre, et je tiens à souligner que l’important est qu’il y ait eu une très bonne attitude sur le bateau, nous nous sommes parfaitement entendus avec le premier et le deuxième équipage, et nous avons même noué une grande amitié ».

 Fanny-Laure Thomassin, de l’Université de Bordeaux, : « J’ai appris sur le plan personnel et professionnel, nous avons beaucoup appris sur la voile, mais pas seulement, des choses auxquelles nous ne nous attendions pas non plus. Merci d’avoir rendu cela possible ». 

Félicitations à tous ceux qui ont rendu cela possible ! 

A la prochaine fois !